La mission d’architecture globale reprend toutes les tâches légales de notre métier. Notre travail est divisé en 5 grandes phases, faisant l’objet de 2 contrats distincts.

Phase 1 : Etude de faisabilité et avant-projet

Cette étape permet dans un premier temps de comprendre la problématique du projet et du site, de cerner la personnalité et les objectifs du candidat-bâtisseur-Maître de l’Ouvrage.
Sur base de cette compréhension, les lignes directrices du projet seront établies de manière à dessiner l’esquisse du projet.
L’étude volumétrique sera la plupart du temps rendue sous forme d’un travail tridimensionnel, permettant d’inscrire les bâtiments dans leur contexte, de cerner leurs caractéristiques d’ensoleillement, de percevoir l’impact et l’interaction de la nouvelle volumétrie sur l’environnement proche.

Dans un second temps, la phase d’avant-projet est développée jusqu’à élaboration complète des plans à l’échelle 2%. De nombreux échanges auront lieu entre le Maître de l’Ouvrage et l’architecte de manière à mûrir le projet, à le parfaire, à définir précisément les dimensions, la qualité et la lumière des espaces, à proposer des choix de matériaux et de détails à mettre en œuvre.

La pré-étude permettra également d’analyser avec une certaine précision l’enveloppe budgétaire à consacrer au projet : en effet, tous les avant-projets seront estimés de manière détaillée, poste par poste. Ce travail nous semble absolument essentiel, a fortiori dans les projets de rénovation ou de transformation pour lesquels il est impossible de définir un budget au mètre carré.

Bien entendu, l’étude d’avant-projet tiendra compte des contraintes urbanistiques en vigueur. Nous irons dans ce cadre déjà présenter le dossier à la Commune compétente, voire à la Région, de manière à s’assurer de la faisabilité administrative du projet et de manière à cibler les éventuelles difficultés urbanistiques pouvant éventuellement survenir lors de l’introduction ultérieure de la demande de permis d’urbanisme.

PS :
- dans le cas de certains dossiers, il est possible, avant de s’engager sur une mission de pré-étude, d’établir une étude de faisabilité avec esquisse de projet chiffré. Ce travail serait dès lors rémunéré en régie (et intégré dans les honoraires globaux lors de la poursuite de la mission).
- la mission d’avant-projet ne comprend pas le travail de relevé (prise de mesures du bâtiment) qui fait partie d’une proposition complémentaire d’honoraires.
- au terme de ce contrat, le Maître de l’Ouvrage et l’architecte décideront, au regard des conclusions de l’avant-projet, de s’engager vers la mission globale.

Cette première phase fait l’objet d’un contrat d’étude préalable . Après accord sur l’avant-projet final, les phases suivantes de concrétisation du dossier peuvent être entamées. Ces phases font l’objet du contrat de mission complète d’architecture.

Phase 2 : Introduction de la demande de permis d’urbanisme

Ce travail comprend le développement des plans du projet de manière à définir l’ensemble des caractéristiques du bâtiment demandées par les autorités, ainsi que la rédaction des documents adminsitratifs et l’impression des plans dans le nombre d’exemplaires demandés par la commune.
Notre travail dans le cadre de l’introduction de la demande de permis est également de présenter le projet auprès des autorités.
Un calcul précis de déperditions thermiques et de consommation globale du bâtiment sera fourni lors de cette étude. Ce travail est cependant indépendant de la nouvelle législation en matière de performances énergétiques du bâtiment pour lequel un conseiller PEB est requis et que nous pouvons prendre en charge au sein de notre atelier. (mission complémentaire)
Il est important de rappeler ici que les honoraires demandés par l’architecte et relatifs à la demande de permis d’urbanisme ne sont pas conditionnés à l’obtention du permis.

Phase 3 : rédaction du dossier d’exécution et mise en soumission aux entrep

Ce travail comprend la rédaction du cahier de charges, du métré détaillé et des plans d’exécution relatifs au projet.
Ces documents sont primordiaux car ils jouent un rôle contractuel dans le contrat d’entreprise. L’entrepreneur est en effet tenu de se conformer aux prescriptions et plans de l’architecte dans la mise en œuvre du chantier.
Ici encore, cette étape sera accompagnée d’une estimation budgétaire.
Le dossier d’exécution sera envoyé à plusieurs entreprises qui seront mises en concurrence et qui seront tenues de remettre prix sur base de ces documents.
Notre rôle sera, lors de la réception des offres des entreprises, de comparer les devis reçus et d’en présenter une synthèse objective au Maître de l’Ouvrage, afin qu’il puisse choisir en connaissance de cause l’entreprise à qui sera confiée la réalisation du projet.

Phase 4 : Contrôle des travaux

L’architecte est tenu par la loi de contrôler les travaux de manière à s’assurer de la bonne exécution des ouvrages dont il a la responsabilité.
Il nous paraît important de préciser que l’architecte n’a pas un devoir de surveillance permanente du chantier : la surveillance du chantier incombe en effet à l’entrepreneur.
Nous insistons également sur le fait qu’a priori l’architecte n’a pas en charge la coordination des corps d’état intervenant sur le chantier. Le travail de coordination, si le chantier est mené en corps d’état séparés, est soumis à honoraires complémentaires.

Phase 5 : réception des travaux

Les travaux sont réceptionnés en 2 étapes :
• Réception provisoire : réalisée en fin de chantier
• Réception définitive : réalisée 1 an après la fin du chantier

La réception provisoire marque l’achèvement du chantier sous réserve de derniers travaux à réaliser.
L’architecte assiste le Maître de l’Ouvrage dans le cadre de cette étape et dresse un procès verbal qui énumère et décrit les travaux à terminer, les éventuelles malfaçons ou vices apparents, les éventuels travaux refusés.
L’architecte établit également le bilan financier de l’entreprise et le bilan de la durée du chantier (qui est une donnée contractuelle du contrat d’entreprise)
La réception provisoire marque le transfert des risques et permet l’occupation du bâtiment par le maître de l’Ouvrage.

Le réception définitive sera organisée un an après la réception provisoire. La réception définitive permet de constater les éventuelles malfaçons étant survenues pendant l’année probatoire, et le cas échéant donne l’occasion à l’entreprise de les résoudre.

Note :
La mission de conseiller énergétique rapporteur PEB n’est pas comprise dans la mission d’architecture globale. Cette étude fera l’objet d’une mission complémentaire indépendante ou intégrée à notre bureau.
Small Screen
cliquez ici pour la version mobile